Édition, etc.

Thibaut Hofer

À proposRéférencesContact

RÉDACTION
Writing

Portrait / interview

Pierre de Vallombreuse

Récemment récompensé par le Prix international Planète Albert Kahn, Pierre de Vallombreuse a passé plusieurs décennies à parcourir le monde pour en rencontrer les représentants les plus reculés, exposer les cultures, proposer une chronologie ethnologique de leur évolution. Alors que la récente indépendance du Groenland va peut-être donner le jour à une nation autochtone, son travail revêt une valeur documentaire indiscutable.

Lorsqu'il questionne le rapport humain, le photographe pose sur son contemporain urbain, rural ou forestier un regard mûri de son propre parcours et ses propres influences. Pierre de Vallombreuse construit depuis près de trente ans son approche autour de l'idée d'un dialogue avec les penseurs humanistes que son environnement et ses préférences intellectuelles ont mis sur sa route ou entre les mains, du baroudeur Joseph Kessel que connaissaient ses parents et qui a éveillé son goût pour l'aventure, à Claude Lévi-Strauss dont les Tristes Tropiques ont profondément marqué sa démarche. Bien qu'il se défende d'une approche analytique telle que l'adoptent des ethnologues ou sociologues dont il admire les travaux et qu'il fréquente, son intérêt pour les autochtones, leur place dans notre modernité et leur évolution l'ont amené à rejoindre et administrer l'Association Anthropologie et Photographie aux côtés d'Emmanuel Garrigues et Edgar Morin, qui préfaceront son recueil de photographies Peuples en 2006. Dans le prolongement des travaux de Pierre, l'objectif de l'association est de rassembler des approches qui ne se placent pas sur le même registre pour croiser les points de vue mais aussi les audiences, du scientifique au grand public.

À travers cette vision aux confluents des pratiques photojournalistique, ethnologique et artistique, l'aventureux humaniste apporte un témoignage progressif et sensible d'une autochtonie en plein mouvement, dont il a enregistré les mutations en portraiturant 42 peuples, dont certains pour lesquels il a conservé une nostalgie particulière, notamment les habitants de Palawan où il a effectué 17 voyages avant 1999, pour n'y revenir que récemment et constater que les téléphones mobiles ont envahi l'île. Du temps a passé depuis cette anecdote où, montrant la Lune après un orage de mousson, un habitant s'adressait à lui : « Pierre, il y a la Lune chez toi ? » C'est là le fondement même de son exercice de style : transmettre l'émotion, faire apprécier les diversités culturelles, aller vers l'ailleurs et le métissage dans un message de paix. C'est un credo qu'il applique également à des projets moins lointains, à portée de RER : dans sa mission d'une année pour la ville de Choisy-le-Roi et le théâtre Paul Éluard en pleine rénovation, il a suivi une approche identique à ses excursions lointaines en mettant l'accent sur le caractère multiethnique et multiculturel du site.

Art Of n°2 - Photographie

RETOUR