Édition, etc.

Thibaut Hofer

À proposRéférencesContact

RÉDACTION
Writing

Faire résonner l'angoisse à l'écran (extrait)

Si l'atonalité suscite l'appréhension par ses codes de composition inhabituels, elle reste néanmoins identifiable, assimilable. C'est beaucoup moins le cas de la musique concrète, ou acousmatique, apparue en même temps que les méthodes d'enregistrement. Les progrès technologiques en matière de mémorisation sur support et de rediffusion ont ouvert le champ à de nombreux artistes sonores pour créer l'inédit : produire des sonorités musicales à partir de bruits. Ce principe ajoute une étape, un filtre supplémentaire entre l'auditeur et la source du son : la musique concrète distille une aura d'étrangeté qui joue avec les références auditives de qui l'écoute. L'enregistrement et la production de sons qui ne sont pas générés par les habituels instruments à corde, à vent, à percussion ou autre, éveillent dans l'inconscient de l'auditeur une curiosité dont il n'a pas forcément lui-même conscience, et qui le pousse à chercher l'origine du bruit. Les Français Pierre Schaeffer et Pierre Henry se sont appuyés sur cette méthode d'enregistrement pour composer d'étonnantes œuvres électroacoustiques, comme Orphée 53, dont la singulière atmosphère fait encore modèle aujourd'hui pour des ambiances inquiétantes.

En élargissant le spectre des expérimentations sonores, on constate que d'autres compositeurs avant-gardistes ont balisé les sentiers, devenus routes aujourd'hui, empruntés dans les années 1970 et 1980 par les réalisateurs et compositeurs de bande sonore. C'est le cas de la musique stochastique de Iannis Xenakis, qui appliquera des modèles mathématiques à ses productions pour les rendre complètement aléatoires (à l'instar de Metastasis) et verra des extraits de certaines de ses œuvres insérées dans le film d'épouvante Witchboard, réalisé par Kevin Tenney en 1986, ou de Krzysztof Penderecki, dont d'épiques morceaux ont été utilisés pour Shining, L'Exorciste ou encore Shutter Island. Chez les compositeurs minimalistes avec pignon sur rue, c'est Philip Glass qui ajoutera sa pierre à l'édifice colossal qu'est aujourd'hui la musique d'horreur en écrivant le thème de Candyman en 1992, qui compte encore parmi les bandes originales les plus belles et terrifiantes du cinéma.

Art Of n°3 - Angoisse

RETOUR